Il y a un an…à Budapest

Il y a un an, je partais à Budapest pour cinq jours avec ma mère. Elle et moi avons l’habitude de ces séjours dans les villes européennes : Berlin, Londres, Paris et cette année Séville ! En attendant l’Espagne dans quelques jours, je vous emmène sur mes premiers pas en Hongrie et les indispensables dans la capitale !


Jour 1 : Un peu de culture religieuse


A peine les valises posées dans notre hôtel, très bien situé en centre ville, nous sommes allées en direction de la synagogue de Budapest. La plus grande d’Europe et la 2nde au monde, rien que ça ! J’ai énormément visité d’églises étant petite mais c’était une première pour moi dans le lieu de culte des Juifs. Construite en seulement 4ans au milieu du XIXe siècle par l’entreprise Eiffel (oui oui!), on dit de son architecture qu’elle est néologue. L’architecte l’a conçue en mixant à la fois les éléments architecturaux attendus d’une synagogue (les étoiles de David par exemple) et ceux d’une église catholique. En effet, lorsqu’on y entre, on retrouve l’allée centrale et les nefs. La Torah (le livre sacré des juifs) est instalée dans l’équivalent de l’autel alors que, traditionnellement, elle est au centre des synagogues. Il s’agissait en fait pour la communauté juive de l’époque de mieux s’intégrer à la population hongroise.
En partie bombardée pendant la 2nde guerre mondiale, elle a été rénovée et modernisée dans les années 1990. Par exemple les lustres contemporains descendent et remontent afin de changer leurs ampoules ! Un chauffage au sol a également été installé.
Non, je n’ai pas pompé wikipédia ou autre site touristique ! Tout cela je l’ai appris lors de la visite guidée, proposée à l’entrée en + du prix du ticket. Je vous la recommande vivement, vous y apprendrez beaucoup et elle n’est pas trop longue (1h).

N’oubliez pas le cimetière, ils sont toujours installés en dehors des villes, à l’exception de Budapest. En effet, le quartier de la synagogue a fait partie du ghetto où plusieurs milliers d’Hongrois juifs ont été enfermés pendant l’occupation nazie. Plus de 2 000 personnes y ont perdu la vie et, à la libération du pays, la décision a été prise de rendre hommage aux victimes en les enterrant dans le jardin de la synagogue.

Surtout, ne passez pas à côté du mémorial dédié aux victimes de la Shoah (le génocide juif). Cette sculpture en forme d’arbre compte des milliers de feuilles sur lesquelles sont inscrites les noms des victimes. Derrière lui, les tables de la Torah, de couleur noire, symbolisant l’impossibilité à l’époque pour les juifs de pratiquer leur religion.

Une fois sorties, nous sommes allées nous balader dans le quartier juif alentour et avons eu la chance d’entrer dans une cour privée où subsiste 30m du mur qui délimitait à l’époque le ghetto de Budapest. Aucun élément commémoratif mais cela reste quand même impressionnant.

Si vous voulez continuer dans l’optique visite de lieu de culte, la basilique de Budapest est la plus grande de Hongrie ! Vous pouvez monter dans la tour et avoir une jolie vue sur la ville. Ce jour là, le temps ne s’y prêtait pas alors nous avons seulement visité l’intérieur.

Si vous êtes fan du street art, vous serez servi-e-s à Budapest ! Ouvrez bien les yeux, il y en a pour tous les styles et toutes les tailles ! J’ai d’ailleurs bien galéré pour prendre cette photo !


Jour 2 : La colline du Chateau


Sans doute ma journée préférée du séjour. Il a fait très beau et nous sommes allées, grâce au tramway, dans les hauteurs de la capitale. Le bastion des pêcheurs est l’un des endroits les plus renommés de la ville et je conseille d’y aller tôt car la foule empêche d’en profiter. La vue sur la ville est magnifique et l’architecture est à couper le souffle !

Une fois redescendues, on s’est arrêtées pour goûter chez Maison Gerbeaud. L’institution très connue est située dans un quartier plutôt shopping (le 5e arrondissements). En vous baladant, levez la tête : l’architecture est magnifique !

 


Jour 3 : Sur les traces du passé hongrois, en musique !


Les guides le conseillaient vivement, et pour une prof d’histoire, il était difficile de ne pas aller visiter le musée de la Terreur, sur l’occupation allemande pendant la 2nde guerre mondiale. J’ai plutôt aimé mais la muséographie est assez mal fichue, il faut commencer par les étages pour ensuite redescendre…
Surtout, prenez l’audioguide !

En sortant, s’il fait beau, allez à la basilique St Stephen et n’ayez pas peur des 300 marches…il y a un ascenseur ! La vue est splendide sur les hauteurs mais attention au vertige !

Les fans d’architecture trouverons leur bonheur à Liberty Square : les bâtiments sont tous plus beaux les uns que les autres !

Non loin, allez visiter l’opéra en suivant le guide qui vous donnera de très nombreux détails sur sa construction et surtout, la vie de Sissi l’impératrice ! Vous aurez le droit d’assister à un petit concert de chanteur d’opéra, très kitsh mais vraiment drôle !


Jour 4 : Les institutions hongroises


S’il y a bien une chose que je rêve de faire en France, c’est de visiter les lieux de pouvoirs. Ce sera chose faite en janvier car j’emmène mes élèves visiter l’Assemblée nationale. Ici à Budapest, les touristes peuvent visiter le Parlement et il fait partie des incontournables car l’intérieur est magnifique. Attendez vous à une longue attente cependant…

Si vous souhaitez ramener des souvenirs typiques, n’hésitez pas à vous rendre au Great Market Hall. Vous y trouverez des objets déco, des jouets pour enfants ou encore des bijoux. L’ambiance est très chouette et vous pouvez même y faire votre marché. Pour ma part, j’ai ramené des coquetiers traditionnels adorables, peints à la main.


Jour 5 : Escapade à Obuda


Direction la gare pour une petite heure de train afin de rejoindre Obuda, le sud.
Elle est la ville d’origine de l’artiste Imre Varga. Ces silhouettes sous leurs parapluies sont très connues et vous en trouverez d’autres dans le musée qui est consacré au sculpteur. Je le recommande vraiment, les œuvres sont impressionnantes !

Il n’y a pas grand chose d’autre à faire dans cette ville, hormis le musée d’art contemporain que je déconseille car peu pédagogique.

Si vous avez encore de l’énergie, une fois rentré-e-s, poussez jusqu’à l’île marguerite. Cette petit île posée sur le Danube fait partie des quartiers reposants et chics de la ville. Surtout, vous y trouverez des fontaines musicales vraiment charmantes. Des sièges sont installés tout autour et vous profiterez d’une belle chorégraphie aquatique sur des airs d’opéra classiques.


Vous l’avez compris, même si 5 jours paraissent courts, nous avons eu le temps de beaucoup profiter de la ville. Le prochain article voyage sera consacré à Séville alors, restez connecté-e-s !

Kiss, Smile & Travel

Laisser un commentaire