HUMEUR #1

Une amie m’a offert un agenda assez particulier, sur le principe d’un bullet journal avec des pages récurrentes (finances, objectifs) et d’autres plus originales comme « Mon bilan personnel » qui m’a tout de suite attiré. Une partie des questions qui sont posées m’inspire et j’ai décidé d’en rédiger un article, pour faire le point avec moi même et peut être déclencher quelques résolutions pour l’année à venir ?


Quand me suis-je sentie en super forme ?


Plutôt facile, il faudrait en fait poser la question inverse. Depuis l’adolescence mon quotidien est marqué par des maux de tête et migraines auxquels je suis habituée bien que ce ne soit jamais une partie de plaisir. Je reconnais facilement les douleurs qui s’installeront et nécessiteront donc une prise immédiate de médicament, de celles qui s’estomperont avec un sieste ou un bain chaud. A chaque disparition totale de la douleur, cette impression de revivre m’habite plusieurs heures voire même, pour les grosses crises migraineuses, plusieurs jours.
Avoir tellement peiné à gérer la douleur me permet, une fois celle ci partie, de profiter en pleine conscience de la chance de ne pas avoir mal. Je m’estime donc en super forme la quasi-totalité du reste de mon temps, sauf maladies classiques hivernales bien entendu !


Quels sont mes dons mes talents ?


Alors là…Autant je peux faire une liste exhaustive de mes défauts, autant là je suis scotchée.
Le seul « don » qui me vienne à l’esprit est le chant. J’aime chanter et ma voix est, je crois, globalement juste. Je ne prends pas de cours de chant bien que mon rêve soit de rentrer dans une chorale. C’est un projet que je tente de mener à bien chaque début d’année scolaire et à chaque fois je me défile. Soyons honnête, je ne veux pas m’entendre dire par un professionnel que je chante mal 🙂


Quel trait de caractère me plaît chez les autres ?


Très facile ! Je suis attirée par les personnes créatives et manuelles. Celles et ceux qui créent à partir de rien ou presque me fascinent. J’ai notamment une obsessions pour les illustrateurs, dessinateurs.
Les personnes qui ont de la répartie m’intéressent aussi beaucoup, surtout celles qui manient l’humour. D’ailleurs, mes amies les plus proches ont ce trait de caractère et c’est bien l’une des raisons pour lesquelles je les aime autant !


Qui compte pour moi ?


Une part de moi a tendance à penser que je n’ai pas besoin des autres pour vivre, que je suis suffisamment indépendante et autonome et que la compagnie des autres est souvent fatigante voire décevante. Voilà, c’est dit. Je ne suis pas très douée pour socialiser et on me reproche parfois de ne pas participer aux « grands événements » type fête avec quinze mille personnes que je connais à peine voire pas du tout. Je DETESTE ça. Faire semblant de m’intéresser à des gens que je ne reverrai pas et me « pseudo confier » à eux est une corvée.
Par contre, apprendre à connaître une personne petit à petit me plaît bien davantage. J’ai besoin de temps pour observer et accorder ma confiance. Une fois celle ci donnée, mes amis sont ancré dans ma vie et peu importe la distance ou les aléas de la vie, ils comptent pour moi. Alors qui ? Celles et ceux que je connais depuis longtemps, dont j’ai besoin de l’avis pour prendre les grandes décisions, dont j’ai besoin de la présence. Ils sont peu nombreux mais me suffisent 🙂


Quels sont mes centres d’intérêt ?


J’en ai beaucoup ! Je suis une grande curieuse et tout m’attire.
Globalement, j’aime ce qui a attrait à la culture comme lire, écouter de la musique, regarder des films et des séries, voyager et visiter.
J’adore jouer : jeux de société ou sur l’ordi, je peux y passer des heures.


Si j’avais une baguette magique, quelle vie choisirais-je ?


J’ai beau y réfléchir je ne pense pas avoir envie d’en changer. Celle que je me suis construite me convient : je suis en bonne santé, je suis bien entourée, j’aime mon travail qui me laisse beaucoup de temps pour moi, je n’ai pas d’ennuis particuliers. Ce sont mes essentiels, ma conception d’une belle vie.
Ce qui est certain c’est que je ne changerai pas ma vie pour une autre sans travail :
j’aime mon boulot et les contraintes qu’il m’impose ne me sont pas insurmontables. Surtout, j’aime avoir un rythme, des objectifs, des périodes plus intenses (coucou les réunions parents profs et conseils de classe). Et si je devais en changer ? Je ne sais pas dans quel autre domaine je pourrais exercer un métier…


Que pourrais-je faire pour les autres ou le monde ?


L’empathie n’est pas un trait marquant de ma personnalité, j’avoue. Je suis présente pour mes proches mais les inconnus ou presque ne me font ni chaud, ni froid. J’ai reçu une éducation qui fait de moi une adulte avenante et souriante mais je sais très bien dire non et je ne laisse pas les autres m’imposer des contraintes superflues. J’ai souvent l’impression que l’ « autre », celui que je ne connais pas, abuse qu’il en ait conscience ou non. Et s’il y a bien une impression que je déteste, c’est celle de m’être fait entuber ! Alors pour les autres, je ne ferais rien. Pour ceux que j’aime : presque tout. Presque parce que je considère qu’il faut savoir se prendre en main. Or, compter uniquement sur nos proches pour aller bien ou aller mieux n’est pas une solution.

Pour le monde ? Je continue ma petite démarche écolo à savoir limiter au mieux mes déchets. J’ai arrêté d’utiliser des cotons et produits démaquillants/nettoyants depuis presque dix ans. Je n’utilise plus de gel douche depuis des années, uniquement des savons. Il faut que je généralise cette démarche au shampoing et dentifrice.

J’essaie d’acheter plus en vrac et je réutilise les mêmes sacs pour faire mes courses.
Je déménage bientôt, je vais m’efforcer de me déshabituer à la voiture et prendre les transports en commun. Je sais que ça va m’être difficile.
C’est peu, je sais, j’essaie.


Kiss, Love & Smile 

Illustration de l’article : https://www.pinterest.fr/pin/560487116123287358/

Laisser un commentaire